Nouveau rassemblement de protestation du personnel du Sénat

Publié le par USCP UNSA AN

PARIS, 17 juin 2010 (AFP) - Environ 200 membres du personnel du Sénat ont organisé jeudi dans la cour d'honneur du Palais du Luxembourg un rassemblement à l'appel du syndicat du Sénat pour exiger "l'organisation d'élections professionnelles" et un "véritable dialogue social".
C'est la deuxième manifestation du personnel du Sénat en moins d'un mois alors que ce genre d'action est extrêmement rare dans la Haute Assemblée. Le dernier rassemblement s'est tenu le 1er juin.
Les manifestants ont voté à main levée l'envoi par leur syndicat d'un courrier aux parlementaires pour les informer de leurs revendications.
"On a des élections professionnelles à la commission administrative paritaire, au comité technique paritaire, ce que le syndicat veut c'est les calquer sur la fonction publique afin d'avoir le monopole de présentation des candidats", a indiqué l'administration du Sénat à l'AFP.

[NDLR : Et à l'Assemblée nationale, c'est pour quand le rassemblement des collaborateurs parlementaires exclus de toutes les instances représentatives comme le Comité d'Hygiène et de sécurité ? Durant cette mandature et jusqu'à aujourd'hui, les multiples rencontres avec la Questure n'ont débouché sur rien. Pas le commencement du début d'une proposition d'amélioration de notre statut toujours aussi précaire.
Les parlementaires bénéficient de compensations, leurs salariés n'en ont aucune — ni financière, ni statutaire, ni de retraite, ni d'assurance santé ou d'assurance chômage spécifique. Au contraire, les contrats ont été réécrits de façon à faire disparaitre l'indémnité de précarité en cas de licenciement. Un véritable scandale.
Autre scandale, nous avons du faire face la semaine dernière à 4 licenciements de collègues en 24 heures ! Les députés français semblent vouloir entrer dans le « Guiness book des records » puisque en l'espace de quelques jours, pas moins de 7 licenciements ou tentatives d'imposer des ruptures conventionnelles non désirées ont été comptabilisées à Paris et en circonscription...] 

"C'est un prétexte afin d'éviter d'entrer dans le fond de la discussion sur la réforme des services, le syndicat émet des préalables", a-t-on ajouté.
Ce mouvement de mécontentement exprime en fait les inquiétudes d'une partie du personnel du Sénat face à une réforme interne entreprise par le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), et son Bureau pour, notamment, répondre aux critiques récurrentes sur le train de vie fastueux du Sénat.

Commenter cet article