"Message in a bootle"...

Publié le par USCP UNSA AN

Nous avons reçu ce message d'une collègue de notre "vénérable institution"...

Il est plus facile de dénoncer la paille dans l'oeil du voisin que de prendre conscience de la poutre placée dans le sien...

Contre toute attente, un site Internet de réflexion sur « la souffrance au travail » vient de voir le jour grâce à un collectif de députés de la majorité. C'est sans doute l'actualité dramatique liée aux nombreux suicides dans des entreprises privées ou publiques qui guide cette inspiration opportuniste.

Pourtant, au coeur du parlement, vous, élus-employeurs, semblez peu enclins à reconnaître les conditions de travail parfois difficiles de vos propres salariés. En effet, un grand nombre de collaborateurs parlementaires peuvent témoigner de la souffrance qu'ils vivent au quotidien : humiliations, stress, harcèlement moral ou sexuel, dépression, tentatives de suicide... sont la contre-partie de contrats de travail aux clauses abusives, d'absence de convention collective et des rémunérations fantaisistes entrainant de fortes inégalités entre salariés à expérience et diplôme égaux...

Pour les collaboratrices, c'est inégalité salariale à tous les étages et celles qui ont le malheur d'être enceintes, ne semblent pas épargnées par la malveillance de certains employeurs-élus. C'est même une occasion rêvée pour les licencier sans plus d'état d'âme.

Mais comment vous, parlementaires, allez-vous parvenir à réfléchir et remédier à la souffrance au travail en ignorant aussi superbement la souffrance déjà présente dans votre propre organisation ?

Et pourtant chaque année, de nombreux exemples viennent confirmer cette réalité inquietante. A entendre vos collègues, il ne s'agirait que de cas isolés. Mais à partir de combien de cas isolés peut-on parler d'une situation courante ?
Monsieur le Président du groupe UMP et Messieurs les députés de tous bords, ne serait-il pas impératif de mener cette réflexion sur la souffrance au travail en commençant par un réel exercice introspectif ?

Il est temps de reconnaître les comportements critiquables de certains de vos collègues à l'égard de leurs salariés et sans doute devriez-vous, Monsieur Copé, en tant que chef de file du groupe majoritaire au sein de l'Assemblée nationale, commencer par remettre un peu d'ordre dans cette institution...

Dans l'espoir que la "tolérance zéro souffrance" soit un peu plus qu'une opération de communication et se traduise ici et maintenant dans des actes concrêts dont vous avez la responsabilité directe.

Message adressé au Site http://www.lasouffranceautravail.fr/


Coïncidence, un-e des député-e-s en photo sur le site, licencie
actuellement, sa collaboratrice de façon brutale...


Publié dans Action

Commenter cet article