Compte-rendu de nos actions du mardi 7 septembre 2010

Publié le par USCP UNSA AN

Tract USCPVoter la loi c'est (parfois) bien, la respecter c'est (toujours) mieux !

Le bilan de cette journée est un peu spéciale, parce qu'il conjugue rentrée parlementaire houleuse et rentrée sociale particulièrement chaude... Comme souvent la part du militantisme et du travail se mêlent de telle façon qu'il est difficile de planifier les actions avec autant de précision que nous le souhaiterions. L'engagement et la bonne volonté sont bien là, c'est le temps qui nous manque le plus.

Nous avions prévu la distribution d'un tract reprenant la liste des graves dysfonctionnements dont sont victimes les collaborateurs parlementaires de l'Assemblée nationale et du Sénat. Il était principalement destiné aux députés, collaborateurs des députés et des groupes politiques et fonctionnaires du Parlement. Nous l'avons distribué devant l'entrée du 101, rue de l'Université et il aura créé le débat jusqu'au restaurant parlementaire. C'est déjà ça ! Avec nous, de très nombreux élus de droite et de gauche ont reconnu de graves problèmes et la nécessité d'améliorer les choses. Le détournement de l'enveloppe collaborateur est, avec l'absence de paiement des heures supplémentaires, les deux fautes les plus souvent reconnues par les élus eux-mêmes. 

Une députée socialiste nous a indiqué vouloir changer la donne dans le domaine de l'égalité salariale homme-femme et des collaboratrices enceintes licenciées ou harcelées. Le président de la commission des Affaires sociales, M. Méhaignerie — rapporteur du texte retraite, a lui tout simplement refusé de prendre connaissance du texte du tract en nous indiquant qu'"il faut penser d'abord aux ouvriers"... Nous lui avons répondu que nous étions l'équivalent des ouvriers de l'Assemblée nationale en comparaison du statut des fonctionnaires et des parlementaires — le salaire d'un collaborateur peut être égal au Smic !

Un député a déchiré ostensiblement le tract, il est difficile d'y voir une quelconque élégance.

Le "formulaire déclaratif" est-il un succès ou un échec ? Les réponses indiquent en tout cas un rapport de force assez comparable à la "société civile". 

L'amer constat est que le verre de cette 13e législature n'est pas à moitié plein ou à moitié vide. Il est, comparé à la précédente mandature — où nous avions obtenu le statut cadre et l'ancienneté — absolument vide ! 

Après la "charrette de licenciements" de juin-juillet 2010 [avec un pic de 7 procédures en une semaine] et pour la première fois, "l'oubli" de la part de la questure de recevoir les organisations de collaborateurs, tout cela à moins de deux ans d'une nouvelle mandature...Nous devons nous préparer à un nouveau rapport de force — et de négociation — et nous mettre tous ensemble en ordre de marche.

 

PS : Vous pouvez laisser un commentaire à l'attention de M. Méhaignerie. Nous lui transmettrons vos remarques et observations...

Publié dans Action

Commenter cet article