Les Échos... en auront-ils ?

Publié le par USCP UNSA AN

La précarité des assistants parlementaires

Face à l'incertitude du prochain scrutin électoral, l'assistant parlementaire continue de lutter pour obtenir un statut moins précaire.

Pour leurs trente années d'existence, les assistants parlementaires ont organisé, l'an dernier, un colloque autour de cette interrogation qui les concerne de près : « Quel passé pour quel avenir ? » La complexité des règles du jeu des politiques publiques et l'incertitude des prochaines échéances électorales donnent, aujourd'hui, encore plus d'acuité à la question. D'autant que cette fonction tend vers toujours plus de professionnalisation mais demeure invisible, ignorée par le droit constitutionnel et en perpétuelle quête de reconnaissance.

« Des indices montrent que les choses évoluent de façon positive », assure Julien Meimon, chercheur en sciences politiques. Et d'énumérer : le statut cadre et la prime d'ancienneté obtenus à l'arraché, la multiplication des formations et la montée en puissance d'une mobilisation syndicale autour de questions non encore résolues mais néanmoins cruciales : le bilan de compétences, la valorisation des acquis de l'expérience, les actions judiciaires collectives et individuelles.

Pour nombre d'assistants, le dilemme est cornélien cependant : sortir de l'ombre mais... pas trop. Beaucoup considèrent, en effet, que leur raison d'être se résume en deux mots : loyauté et discrétion. « L'assistant parlementaire est dans une position de soumission. Toute mise en avant serait suicidaire », estime Richard Durbiano, ancien assistant parlementaire devenu directeur adjoint du cabinet du député-maire UMP d'Argenteuil, Georges Monthron. Mais humilité et discrétion cohabitent aussi avec une vigilance sans faille quant aux respects des droits fondamentaux. « J'ai dû batailler fort pour que le député pour lequel je travaillais comme assistant parlementaire daigne me verser mon dernier mois de salaire », se souvient Richard Dubiano. Et de conclure : « C'est le parlementaire qui fait la qualité de la fonction. »

« L'Assemblée nationale, c'est 577 TPE, mais pas 577 managers », déplore Déborah Pawlik, dont le mémoire de fin d'études à l'Institut supérieur du management public et politique (Ismapp) portait sur « l'absence de management en politique ». Chaque parlementaire a ses propres exigences et critères de recrutement. « Sur 10 collaborateurs, à coup sûr, on trouve 3 à 4 familles de traitement différent », estime Laurence Lemouzy, directrice pédagogique de l'Ismapp. C'est pourquoi, quand certains assistants rédigent des notes de synthèse sur l'élevage bovin en Haute-Normandie, préparent des questions au gouvernement, rédigent des propositions de loi, élaborent des amendements ou encore décryptent les orientations d'un projet de loi à des administrés ou des journalistes, il est demandé à d'autres de se limiter à réserver un hôtel ou d'acheter une cravate dans l'urgence.

Quelques litiges
« Notre tâche est polyvalente et pluridisciplinaire. Il y a des périodes plus calmes que d'autres, puis un dossier relatif à des fonds européens pour l'agriculture martiniquaise absorbe soudain tout notre temps et, en période budgétaire, la semaine de travail dépasse les 60 heures », explique Emmanuel Maufoux, président du cercle des collaborateurs et assistants parlementaires de la gauche plurielle (CCAP). « De plus en plus, la compétence technique prime sur l'engagement politique car la fonction politique elle-même se professionnalise », insiste Bastien François, professeur de sciences politiques à Paris-I.

Mais, en termes de gestion des ressources humaines, les parlementaires ne donnent pas toujours l'exemple. « C'est vrai, il y a des litiges et des procédures », reconnaît un assistant. Et, le plus souvent, ces conflits entre assistants et députés finissent par des transactions et quelques rares condamnations de l'élu. « Notre fonction est précaire par essence et on accepte cette précarité-là », confie Emmanuel Maufoux, assistant du député Louis-Joseph Manscour (PS). « En revanche, constituent un vrai problème, d'une part, les licenciements abusifs et, d'autre part, la prime de précarité insuffisamment revalorisée », poursuit-il.

Tous s'accordent sur cette dernière question. D'autres souhaitent aller plus loin : « Nous n'avons pas de bilan social. Et quid de l'application de l'égalité salariale, du salaire médian et du traitement de la salariée en cas de grossesse ? », demande Jean-François Cassant, secrétaire général de l'USCP-AN. « Notre fonction n'est quand même pas banale : nous sommes à l'Assemblée nationale, tempère Déborah Pawlik, qui travaille pour le député Richard Mallie (UMP). Difficile d'avoir les mêmes revendications que les salariés d'une boîte privée lambda de plus de 500 personnes. »

Une population opaque
Encore plus difficile d'appréhender la réalité d'une population protéiforme et opaque, tenue par une clause de confiance contractuelle. D'aucuns avancent avec incertitude quelque 3.500 contrats de travail (pour l'Assemblée nationale et le Sénat). « Mais combien de temps pleins, de mi-temps ? » s'interroge l'USCP-AN. Chaque député dispose d'une enveloppe budgétaire de 8.877 euros mensuels pour rémunérer 1 à 5 assistants (voir ci-contre). « Certains emploient aussi des parents ou de fidèles militants formés sur le tas », relève Guillaume Courty, maître de conférence en sciences politiques à l'université Paris-X. Quant à l'organisation du travail, elle aussi est modulable entre Paris et les circonscriptions (2/3 des assistants), les temps pleins et partiels.

La question de la reconversion
A l'Assemblée nationale, à l'honneur d'investir un lieu de pouvoir chargé d'histoire succède une réalité quotidienne qui se matérialise sous la forme d'un bureau de 10 mètres carrés à partager avec l'élu, d'un maelström de tâches ingrates et passionnantes, de rapports compliqués avec les fonctionnaires de l'Assemblée et d'un droit de circulation limité. Du coup, certains déchantent. « On travaille étroitement avec les élus mais les abords du périmètre sacré nous sont interdits », ne décolère pas un assistant. Et ils sont nombreux à considérer leur fonction comme un tremplin. Et de citer les anciens : du fictif Julien Sorel, secrétaire parlementaire dans « Le Rouge et le Noir » aux bien réels Anne-Marie Comparini, François Fillon et Manuel Valls, pour ne citer qu'eux. « C'est vrai que l'assistant parlementaire n'est, en général, pas bien loti, pas bien payé et qu'il manque de reconnaissance, mais franchement quelle chance de toucher la sphère politique et de faire du travail intellectuellement stimulant ! » s'enthousiasme une assistante de moins de trente ans.

Mais il arrive que le tremplin, de provisoire finisse par s'installer, ou pis, se transforme en point final. « Comme à chaque fin de législature, il y aura beaucoup de licenciements en juin », soupire un collaborateur. Et comme tous les cinq ans, les assistants vont devoir arbitrer : changer d'élu, rester dans la profession, se reconvertir. L'exercice, il est vrai, serait plus facile avec un vrai statut.

Muriel Jasor [08/02/07]

Députés : 8.877 euros mensuels pour les collaborateurs (encadré)
En sa qualité d'employeur, le député recrute sur la base d'un contrat de travail de droit privé. Depuis le 1er novembre 2006, le montant mensuel du crédit à affecter à la rémunération de 1 à 5 assistants s'élève à 8.877 euros.         
Le député bénéficie aussi, outre des facilités de circulation, de communication et de logement, d'une indemnité parlementaire (6.897,74 euros en brut mensuel) et d'une indemnité représentative de frais de mandat (6.228 euros en brut mensuel).           
Au Sénat, la rémunération mensuelle brute de base d'un assistant, à temps plein, se monte à 2.344,45 euros. Quant aux quelque 1.500 assistants de parlementaires européens, ils recevraient, d'après un rapport de 2004 de Sébastien Michon (IEP et université Marc-Bloch de Strasbourg), entre 1.300 et 3.800 euros, assortis d'avantages matériels (dîners, cocktails, voyages).           

Des salaires disparates (encadré)
· 21 % des assistants de députés touchent entre 460 et 1.380 euros net par mois.        
· 25 % d'entre eux entre 1.381 et 2.000 euros net par mois.           
· 43 % d'entre eux entre 2.001 et 2.900 euros net par mois.           
· 11 % gagnent plus de 2.900 euros net par mois.             
Source : Carma        

Rubrique : Compétences / Management

Article dans les lesechos.fr

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

Aurélien 15/05/2007 17:29

De part ma qualité d'ancien assistant parlementaire, devenu avocat, je ne peux en effet que déplorer la vacuité de notre statut juridique et le manque chronique d'une véritable reconnaissance.
 

Mis à part, le lobbying ou l'engagement comme salarié par un parti politique, les reconversions sont loin d'être évidente.
 

Il serait bon de suivre l'exemple du mouvement lancé notamment par Arccol, association pour les collaborateurs de cabinet des collectivités territoriales, qui a permis d'adopter (avec l'appui de nombreux assistants parlementaires et de députés) un encadrement juridique permettant de définir leur statut et d'apporter un début de reconnaissance non négligeable surtout en fin de mandature.

Je conclue en adressant mon plus sincère soutien à l'ensemble des assistants parlementaires du Palais Bourbon mais aussi à ceux du Palais du Luxembourg.


Cordialement