Les lépreux de la République !

Publié le par USCP UNSA AN

Communiqué de presse du mardi 20 mai 2003
 
Monsieur Debré à l'Assemblée :
opération de basse police sur les collaborateurs-terroristes devenus les nouveaux lépreux de la République !

Dans cette période d'intense dialogue social, nous voulons rappeler qu'il existe une catégorie de personnes qui cumule les inconvénients de la fonction publique et de l'emploi privé : les 2 100 collaborateurs parlementaires de l'Assemblée nationale.

Attachés à un ou plusieurs des 577 députés, nous sommes rémunérés sur fonds publics et nos conditions de travail, partiellement calquées sur le privé, sont d'un autre âge. Une grève (en 2001) et une procédure juridique (en 2002) plus tard, nous n'avons toujours pas été reçus par les nouvelles autorités compétentes en vue de l'aménagement et la reconnaissance de notre profession : la présidence ou la questure.

Au lieu d'engager des discussions, nous sommes une nouvelle fois traités avec mépris puisque l'unique nouvelle mesure nous concernant, décidée par la présidence et entérinée par la questure, est une interdiction de circulation pour raison de sécurité dans le Palais-Bourbon, lieu de travail jusqu'ici habituel des collaborateurs, désormais déclaré « périmètre sacré ».

Quel est donc ce réflexe sécuritaire infondé qui fait des collaborateurs les nouveaux terroristes menaçant la République ?

Au-delà de la défiance ainsi exprimée, c'est également un camouflet pour l'ensemble des députés qui ont une totale confiance dans ces « parias », qu'ils ont d'ailleurs personnellement recrutés et qui sont badgés par l'Assemblée. De nombreux députés ont de ce fait exprimé à M. Debré leur désaccord sur l'application de cette mesure.

Les députés et les collaborateurs parlementaires de l'Assemblée nationale attendaient des mesures sociales, ils ne récoltent que des mesures de basse police. Faute d'une autre alternative, nous  déposerions alors un préavis de grève sur ces motifs dans les prochains jours.

En attendant, vous êtes invités à la très officielle remise du 1er prix de la Crécelle d'Or 2003 à M. Jean-Louis Debré— le mercredi 21 mai à 14  heures 30 dans le jardin des Quatre Colonnes. Ce prix récompensera chaque année une action visant à discriminer particulièrement une population au détriment des autres catégories de personnels attachés au bon fonctionnement des institutions de la République française.

Pour de plus amples informations sur cette initiative, vous pouvez joindre :
Jean-François Cassant : 06 09 89 30 80 ou uscpunsa@ tiscali.fr

Adresse postale :
Assemblée nationale - BP 21 - 126, rue de l'Université - 75355 Paris 07 SP

Publié dans Communiqué de presse

Commenter cet article