Brève

Publié le par USCP UNSA AN


Une nouvelle particulièrement triste et dramatique, toutes nos pensées accompagnent la famille et les collègues de Philippe Widdershoven. [NDR : Elle a pour situation géoraphique la circonscriprion de Jean-Michel Clément, député de la Vienne avec lequel je travaille. Jean-François Cassant, Secrétaire général de l'USCP UNSA AN]

Suicide d'un délégué syndical d'une usine de la Vienne

Un délégué syndical de l'usine de porcelaine Deshoulières SA à Chauvigny, dans la Vienne, s'est donné la mort mardi. Il a laissé une lettre dans laquelle il explique son geste, a-t-on appris mercredi de sources syndicales.

Le corps de Philippe Widdershoven, âgé de 56 ans, demeurant à Morthemer a été retrouvé mardi dans l'étang de la commune par trois pêcheurs. Selon les premiers éléments de l'enquête confiée à la gendarmerie de Chauvigny, il s'agit d'un suicide par noyade. Les enquêteurs ont trouvé la photocopie d'une lettre écrite par la victime sur le bureau du local syndical de l'entreprise.

Dans cette lettre, Philippe Widdershoven a expliqué son geste par la pression professionnelle trop importante. Il a demandé pardon à sa famille et demandé que son suicide soit considéré comme un accident du travail, toujours selon la même source. L'homme avait commencé sa carrière en 1979 comme chronométreur sur les chaînes puis avait gravi les échelons pour devenir directeur informatique du groupe. Il était marié et père d'une fille.

"Nous sommes consternés. Philippe Widdershoven occupait un poste important dans l'entreprise. Toutes nos pensées vont vers sa famille, ses proches", a déclaré la direction, qui a rencontré mardi après-midi les représentants du personnel.
L'usine emploie cent trente salariés et en avait licencié quatre-vingt-quatre en décembre dans le cadre d'une restructuration. La manufacture de porcelaine Deshoulières était passée sous le contrôle du porcelainier russe Lomonosov en 2003.

LEMONDE.FR avec AFP | 25.03.09 | 09h09

La chronique de Pascale Clatk sur RTL



Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

Claire L 30/03/2009 12:00

Peut être que M. Vincent-Genod s'est mal exprimé? Quoiqu'il en soit, je trouve qu'il serait très intéressant d'avoir dun peu plus d'informations de formation, de revendications et d'actualité syndicales propres à l'USCP, que d'informations issues des revues de presse. Cela étant dit, il n'en demeure pas moins que l'actualité, telle que cet article, reste quand même une information générale

Affligé 30/03/2009 09:39

@ VINCENT-GENOD CharlesAh ben ça alors !Ne pas vouloir voir le rapport avec le blog des assistants parlementaires, c'est vivre sur une autre planète.Ce délégué syndical était un travailleur comme vous et moi.Le Palais Bourbon comme les permanences de circonscription sont des lieux de travail où, bien évidemment, de tels drames pourraient se produirent, ce qui semble, je crois, avoir été le cas.Même pression, licenciement, isolement, droits du travail bafoués, tous les députés, pourtant législateurs, ne sont pas de gentils patrons.Il est important de se rappeler qu'un collaborateur parlementaire, délégué syndical ou pas, n'est rien d'autre qu'un salarié, et il serait bon, de temps en temps, de sortir de sa bulle politico-démago-nombriliste.

sam 28/03/2009 20:26

Merci de relayer cette information. vous êtes des syndicalistes  et vous comprenez le monde du travail, en ces temps difficiles de tels drames doivent pouvoir être évités et c'est donc naturel de les faire connaitre au public pour que cela ne se reproduise plus.

VINCENT-GENOD Charles 27/03/2009 19:01

Bonjour,je comprend votre tristesse et votre peine, mais je ne vois pas le rapport qu'il y a avec le blog des collaborateurs parlementaires, à moins que celui-ci soit devenu un moyen d'expression supplémentaire !